L’éthique de la terre.

L’éthique de la terre

Suivi de Penser comme une montagne.

Petite biblio Payot classiques,

Edition Payot et Rivages, paris 2019.

ethique de la terre aldo leopold arnaud pattin

« Prends garde à ce que tu laisses. »

Il y eu trois pionniers américains de la pensée écologique : l’ermite Henry David Thoreau, le voyageur John Muir et le forestier Aldo Leopold. On doit à ce dernier, que certains tiennent pour un géant littéraire et un prophète, les premières politiques de protection des espaces naturels, une réflexion inégalée sur la nature sauvage, et la conviction qu’il est possible à l’homme de développer une intelligence écologique.  Car « l’éthique de la terre » est possible. Elle repose sur l’idée lumineuse de communauté et d’équilibre. Grâce à elle, nous pouvons tous apprendre à être heureux dans la nature. A la fois narrative et philosophique, l’écologie d’Aldo Leopold possède une force surprenante : elle pulvérise notre arrogance tout en nous chuchotant « l’opinion secrète » de la montagne à l’égard des loups.

Traduit de l’anglais par Aline Weill.

Illustration, Xugu (1823-1896)

aldo leopold arnaud pattin

 

 

 

L’ours

L’ours.

L’ours, histoire d’un roi déchu.

Michel Pastoureau.

Éditions du seuil 2007.

l'ours pastoureau arnaud pattin

Longtemps en Europe le roi des animaux ne fut pas le lion mais l’ours, admiré, vénéré, pensé comme un parent ou un ancêtre de l’homme. Les cultes dont il a fait l’objet plusieurs dizaines de millénaires avant notre ère ont laissé des traces dans l’imaginaire et les mythologies jusqu’au cœur du Moyen Age chrétien. De bonne heure l’Église chercha à les éradiquer. Prélats et théologiens étaient effrayés par la force brutale du fauve, par la fascination qu’il exerçait sur les rois et les chasseurs et surtout par une croyance, largement répandue, selon laquelle l’ours mâle était sexuellement attiré par les jeunes femmes. Il les enlevait et les violait. De ces unions naissaient des êtres mi-hommes mi-ours, tous guerriers invincibles, fondateurs de dynasties ou ancêtres totémiques.

Michel Pastoureau retrace les différents aspects de cette lutte de l’Église contre l’ours pendant près d’un millénaire : massacres de grande ampleur, diabolisation systématique, transformation du fauve redoutable en une bête de cirque, promotion du lion sur le trône animal. Mais l’auteur ne s’arrête pas à la fin du Moyen Age. Inscrivant l’histoire naturelle de l’ours dans la longue durée, il tente de cerner ce qui, jusqu’à nos jours, a survécu de son ancienne dignité royale.

Le livre se termine ainsi par l’étonnante histoire de l’ours en peluche,  dernier écho d’une relation passionnelle venue du fond des âges : de même que l’homme du paléolithique partageait parfois ses peurs et ses cavernes avec l’ours, de même l’enfant du XXIe siècle partage encore ses frayeurs et son lit avec un ourson, son double, son ange gardien, peut être son premier dieu.

417 pages, nombreuses illustrations.

chasse à l'ours

 

 

 

Almanach d’un comté des sables.

Almanach d’un comté des sables.

Aldo Leopold.

Édition Aubier 1995.

 arnaud pattin

Aldo Léopold (1887-1948) a consacré sa vie à la protection de la nature. Devenu célèbre grâce à « l’almanach d’un comté des sables », ce fut aussi, de son vivant, un scientifique de réputation internationale, conseiller auprès des Nations unies, auteur de plus de trois cent cinquante articles consacrés essentiellement à des sujets scientifiques et politiques.

L’almanach d’un comté des sables (a sand county almanach) a été publié pour le première fois à titre posthume en 1949.  L’ouvrage s’est très vite imposé comme un classique des écrits consacrés à la nature. Considéré à l’égal du « Walden » de Thoreau, il constitue également l’un des textes fondateurs de l’écologie.

« le pouvoir de ce livre n’est pas seulement dans les idées. Il est avant tout dans la beauté de la langue, dans les images qu’il fait apparaitre, dans la fraicheur des sensations. On pense à Thoreau dans sa retraite de Concord, à sa conviction presque mystique que « le salut du monde passe par l’état sauvage »(…).

Le regard prophétique qu’Aldo Leopold a porté sur notre monde contemporain n’a rien perdu de son acuité, et la semence de ses mots promet encore la magie des moissons futures. Voilà un livre qui nous fait le plus grand bien. (JMG Le Clézio).

 

Extrait :

« On court deux dangers spirituels à ne pas posséder une ferme. Le premier est de croire que la nourriture pousse dans les épiceries. Le second, de penser que la chaleur provient de la chaudière.

Pour écarter le premier danger, il convient de planter un jardin, de préférence assez loin de toute épicerie susceptible de brouiller la démonstration. Pour le second, il suffit de poser sur ses chenets une  bûche de bon chêne, loin de toute chaudière, et de s’y réchauffer tandis qu’une tempête de neige maltraite les arbres au dehors. Pour peu qu’on l’ai abattu, scié, fendu et transporté soi-même, en laissant son esprit travailler en même temps, on se souviendra longtemps d’où vient la chaleur, avec une profusion de détails qu’ignoreront  toujours ceux qui passe le weekend end en ville près d’un radiateur. »

aldo leopold arnaud pattin

 

Josquin des Prez

Josquin des Prez.

1440-1521

Prince de la musique.

Jean Roset.

édition du conseil régional de Picardie, pas de date.

arnaud pattin1

L’auteur s’est senti autorisé à écrire une biographie de Josquin des Prez, parce que ce « prince de la musique » était jusqu’ici quelque peu oublié sur sa terre natale du Vermandois, sur la terre picarde plus généralement et peu honoré sur l’ensemble du territoire français. Et dans cette collégiale de Saint Quentin où il fit ses premières armes d’adolescent au XVe siècle, ne s’élèvent plus depuis longtemps vers ses hautes voûtes les divins mélismes de ses motets. Toutefois depuis une vingtaine d’années, un regain pour la musique de la Renaissance commence à le sortir lentement de l’oubli. Considéré en son temps comme le premier dans toute l’Europe, les Italiens, avec lesquels il a beaucoup frayé, n’hésitaient pas à l’élever au rang de Virgile, ou de Michel Ange de la musique.

La présente biographie ne retrace pas seulement les diverses étapes chronologiques de sa longue vie, mais essaie de le situer dans cette période charnière où la Renaissance succède à  l’ère gothique, et d’en faire le témoin actif de tous les évènements annonçant les temps modernes.

Arnaud Pattin.

Joseph Le Bon

Ivan Gobry.

Joseph Le Bon.

La terreur dans le nord de la France.

éditions du Mercure de France 1991.

ivan gobry joseph le bon la terreur dans le nord de la France.

Personnalité énigmatique, Joseph Le Bon, jeune oratorien talentueux, abandonne à 25 ans les principes du christianisme pour ceux de la Révolution.
Proconsul de la Convention dans les départements du Pas-de-Calais et du Nord, il y installe le régime de la Terreur, s’entoure d’une cour crapuleuse, organise un système carcéral, fait fonctionner en permanence le tribunal révolutionnaire et la guillotine. La chute de Robespierre amène la sienne : il est décapité à son tour à 30 ans.
Dans son cinquième livre sur la Révolution, Ivan Gobry nous fait pénétrer dans l’engrenage de la férocité.

Délation, bassesse d’âme, parjure, déni de justice, rétroactivité, massacre et mauvaise foi…tous les travers de la « justice révolutionnaire »…à lire absolument.

carta marina

Carta marina.

Olaus MAGNUS.

Traduit par Elena Balzamo

Editions josé Corti.2005

olaus magnus carta marina arnaud pattin

La Carta marina n’est marine que de nom, car elle représente non seulement les mers et les côtes, mais aussi l’intérieur des terres, tous les pays autour de la Baltique, tels qu’on se les imaginait au XVIe siècle : la Suède (avec la Finlande), la Norvège, le Danemark, la Russie, la Lituanie, la Pologne, l’Allemagne, la Hollande, mais aussi… la légendaire île de Thulé, les grands monstres marins et les serpents de mer fabuleux. Elle fut imprimée à Venise, en 1539, mais son auteur était suédois. A la fois humaniste et catholique intransigeant, Olaus Magnus (1490-1557), dernier archevêque de Suède sacré à Rome, dut quitter son pays devenu protestant pour vivre en exil d’abord à Dantzig, en Pologne, puis en Italie. Sa célèbre Carte fut ainsi élaborée et éditée à l’étranger ; elle est à la fois une œuvre érudite, une arme de combat, censée montrer aux Européens la grande valeur des territoires que Rome était en passe de perdre, un témoignage poignant de l’amour pour la Suède et un bel exemple de la cartographie renaissante.

Les créatures fantastiques et les scènes de la vie quotidienne, les prodiges naturels et les personnages de l’histoire scandinave ancienne s’avoisinent dans l’espace de la Carte et se croisent, formant une multitude d’histoires : faits divers et récits fantastiques, observations ethnographiques et contes de fées… La Carte raconte les histoires, et Elena Balzamo (essayiste et traductrice, spécialiste des littératures scandinaves) raconte l’histoire de la Carte, en décrivant les circonstances de sa création au lendemain de la Réforme en Suède, la vie aventureuse de son créateur, le milieu dans lequel il évoluait, un milieu cosmopolite qui, malgré les dissensions religieuses, était encore profondément uni : l’érudition était un bien véritablement commun, et le trésor de connaissances restait un et indivisible.

 

L’écriture runique et les origines de l’écriture

L’écriture runique et les origines de l’écriture

Alain de Benoist.

Editions Yoran Embanner 2017.

l'écriture runique alain de benoist arnaud pattin

 

Utilisée par les Germains à partir du Ier siècle de notre ère pour transcrire diverses langues germaniques antérieurement à l’alphabet latin, puis concurremment avec lui, l’écriture runique, attestée par plusieurs milliers d’inscriptions, reste à certains égards une énigme. Du fait de son apparition relativement tardive, les spécialistes se divisent entre ceux qui la font dériver du latin, ceux qui la rattachent à l’alphabet grec et ceux qui font appel aux alphabets nord-italiques (ou « nord-étrusques »). Mais aucune de ces solutions n’est de nature à expliquer les particularités spécifiques de l’écriture runique : l’ordre des lettres, qui diffère totalement de celui des alphabets méditerranéens, leur regroupement en trois séries immuables de huit runes (les ættir), le fait que chaque rune porte un nom qui lui est propre (le phonème initial de ce nom déterminant la valeur phonétique de la rune), etc.

En s’en tenant aux données strictement scientifiques, à l’exclusion de toutes les interprétations fantaisistes qui ont fleuri depuis deux siècles, ce livre reprend l’ensemble du dossier. Il examine les arguments en présence, aborde la question d’un usage symbolique ou « magique » des runes antérieur à leur usage comme écriture, s’interroge sur la possible homologie des ættir et des trois phases du cycle lunaire, puis dresse un bilan plus général de ce que l’on sait actuellement sur l’apparition et la diffusion de l’écriture en Europe.

Alain de Benoist, écrivain, philosophe, est l’auteur d’une centaine de livres consacrés surtout à la philosophie politique et à l’histoire des idées, mais aussi à l’histoire des religions, à l’archéologie, à la protohistoire et aux traditions populaires.

On a beaucoup écrit sur les runes mais ici, on est loin d’une approche ésotérique. Il s’agit d’une étude sérieuse par quelqu’un qui connaît parfaitement le sujet.

 

 

Michel de Ghelderode, la Flandre espagnole.

Michel de Ghelderode, la Flandre espagnole.

Pol Vandromme

Editions l’âge d’homme, février 2001.

arnaud pattin michel de Ghelderode

Le livre.

De Michel de Ghelderode, la France ne connaît que le théâtre. C’est pour elle, une œuvre étrange, et même étrangère – un pittoresque flamboyant qui la déconcerte et qui la dépayse.

Or ce qui explique ce théâtre, ce qui le nourrit obscurément, c’est, pour une part, l’histoire d’un peuple et d’un pays, et, pour une autre part, l’univers obsessionnel d’un écrivain qui a reconnu ses phobies dans le chant nostalgique qui berce les survivants de cette région.

L’auteur.

Pol Vandromme, né en 1927 à Charleroi, est l’auteur d’une cinquantaine de livres. Il a été consacré en 1984 par le grand prix du rayonnement français, en 1991 par le prix de l’union des éditeurs de langue française et, en 1992, par  le grand prix de la critique de l’académie française.

michel de ghelderode à Schaerbeek

 Michel de Ghelderode à Schaerbeek.

 

 

 

 

Chasse et pâturage dans les forêts du Nord de la France.

Chasse et pâturage dans les forêts du Nord de la France.

Pour une archéologie du paysage sylvestre (XIème-XVIème siècles).

François Duceppe-Lamarre.

éditions l’Harmattan, 2006.

chasse et pâturage dans les forêts du nord de la france françois duceppe lamarre arnaud pattin

Peut-on comprendre les forêts sans parler de la faune qui s’y trouve ? On l’a longtemps pensé. Autant pour des raisons historiographiques que pour la difficulté du sujet. Après tout, contrairement aux arbres, les animaux courent, pour reprendre Aristote. Il faut donc considérer les écosystèmes forestiers comme des milieux complexes d’éléments fixes et mobiles dans lesquels l’homme a son mot à dire depuis longtemps.

Or la chasse et la pâturage constituent deux relations privilégiées entre l’homme et l’animal. Ce livre en fait la démonstration pour les forêts de plaine de type tempérée  du nord de la France (l’actuelle région nord pas de calais), soit un ensemble de comtés, de villes et de villages, de seigneuries et de forêts que l’on suit du XIème au XVIème siècle.

Selon Robert Delort, l‘un des intérêts majeurs de cette étude est de démontrer, par des exemples précis et aisément généralisables que les activités humaines telles que l’élevage et la chasse entrainent , dans une mesure dont on méconnaissait l’ampleur, des modifications profondes du paysage forestier.

 

Agrégé d’histoire et docteur en archéologie, François Duceppe-Lamarre travaille comme boursier francophone à l’institut historique allemand de Paris sur l’histoire de l’environnement à partir de la chasse dans les forêts et à partir de la résidence princière d’Hesdin en Artois.

 

Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais.

Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais.

Abbé Daniel Haigneré.

Lafitte reprints à Marseille 1977.

Tirage limité à 400 exemplaires.

haigneré arnaud pattin hardenthun uzelot

Publiée dans les bulletins et mémoires des sociétés savantes locales ou régionales, l’œuvre archéologique de l’abbé Haigneré n’a connu qu’une diffusion restreinte, ce qu’il faut d’autant plus regretter que les « quatre cimetières mérovingiens du boulonnais » (1866) ou le « dictionnaire historique et archéologique du Pas de Calais, arrondissement de Boulogne sur mer » (1880-1882), sont des ouvrages assez solidement documentés pour avoir résisté au temps et rester les instruments indispensables de toute connaissance dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire du boulonnais.

La découverte de la nécropole de Pincthun, en 1857, marque les débuts d’Haigneré dans l’archéologie mérovingienne, une science encore fort neuve, illustrée,  en France, par l’abbé Cochet dont la « Normandie souterraine » (1854) fait autorité. Il déchiffre le document archéologique qui s’offre à lui avec le même esprit méthodique et rigoureux qu’il apporte à l’étude et au classement des archives de la ville de Boulogne. Une présence continue sur le terrain, pratique peu courante à l’époque, et une exploration scrupuleuse au cours de laquelle chaque détail est noté, lui permettent de recueillir, avec un riche matériel archéologique, d’intéressantes observations concernant les coutumes funéraires. Quand à la suite de pressantes démarches de ses amis, dont C.Roach Smith et le major R.Luard, les « quatre cimetières » paraissent en 1866, les mêmes qualités se retrouvent dans la publication.

La classique dissertation sur la civilisation et les mœurs des populations mérovingiennes se trouve ici réduite à quelques paragraphes. Ces considérations, qui n’ont plus qu’une valeur historique, n’encombrent donc pas l’ouvrage comme c’est trop souvent le cas chez les « antiquaires » du XIXème siècle. De même, Haigneré aborde avec prudence le délicat problème de la chronologie, encore mal définie à cette époque. Et si l’abbé Cochet, dans une lette du 5 janvier 1866,  reproche à son texte de manquer de rapprochements, il faut y voir une volonté de sobriété et non un manque de connaissance. Baudot, Cochet , Hagemans, Lindenschmit, Roach Smith, Troyon, Wylie sont cités succinctement en note quand des comparaisons ou des explications paraissent utiles à l’auteur. Haigneré s’attache à consigner ses observations plus que ces interprétations. Il est l’un des trop rares auteurs qui ont suivi l’exemple des frères Lindenschmit en publiant un plan de la  nécropole de Pincthun, ainsi qu’un inventaire par tombe, beaucoup plus détaillé et plus précis que celui de ses modèles.

Grâce au souci de l’abbé Haigneré de toujours « asseoir fièrement son édifices sur le roc indestructible du document », son ouvrage reste, plus d’un siècle après voir été écrit, la meilleure monographie de  nécropole publiée dans le nord de la France.  C’est aussi la seule publication qui nous fasse connaître les riches cimetières mérovingiens du VIIème siècle de la région boulonnaise.  Ces raisons justifient une publication qui rendra plus accessible un document utile et d’une lecture agréable car fort bien écrit.

abbé Haigneré quatre cimetières mérovingiens arnaud pattin

 

 

 


12345...8


Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus