Michel de Ghelderode, la Flandre espagnole.

Michel de Ghelderode, la Flandre espagnole.

Pol Vandromme

Editions l’âge d’homme, février 2001.

arnaud pattin michel de Ghelderode

Le livre.

De Michel de Ghelderode, la France ne connaît que le théâtre. C’est pour elle, une œuvre étrange, et même étrangère – un pittoresque flamboyant qui la déconcerte et qui la dépayse.

Or ce qui explique ce théâtre, ce qui le nourrit obscurément, c’est, pour une part, l’histoire d’un peuple et d’un pays, et, pour une autre part, l’univers obsessionnel d’un écrivain qui a reconnu ses phobies dans le chant nostalgique qui berce les survivants de cette région.

L’auteur.

Pol Vandromme, né en 1927 à Charleroi, est l’auteur d’une cinquantaine de livres. Il a été consacré en 1984 par le grand prix du rayonnement français, en 1991 par le prix de l’union des éditeurs de langue française et, en 1992, par  le grand prix de la critique de l’académie française.

michel de ghelderode à Schaerbeek

 Michel de Ghelderode à Schaerbeek.

 

 

 

 

Chasse et pâturage dans les forêts du Nord de la France.

Chasse et pâturage dans les forêts du Nord de la France.

Pour une archéologie du paysage sylvestre (XIème-XVIème siècles).

François Duceppe-Lamarre.

éditions l’Harmattan, 2006.

chasse et pâturage dans les forêts du nord de la france françois duceppe lamarre arnaud pattin

Peut-on comprendre les forêts sans parler de la faune qui s’y trouve ? On l’a longtemps pensé. Autant pour des raisons historiographiques que pour la difficulté du sujet. Après tout, contrairement aux arbres, les animaux courent, pour reprendre Aristote. Il faut donc considérer les écosystèmes forestiers comme des milieux complexes d’éléments fixes et mobiles dans lesquels l’homme a son mot à dire depuis longtemps.

Or la chasse et la pâturage constituent deux relations privilégiées entre l’homme et l’animal. Ce livre en fait la démonstration pour les forêts de plaine de type tempérée  du nord de la France (l’actuelle région nord pas de calais), soit un ensemble de comtés, de villes et de villages, de seigneuries et de forêts que l’on suit du XIème au XVIème siècle.

Selon Robert Delort, l‘un des intérêts majeurs de cette étude est de démontrer, par des exemples précis et aisément généralisables que les activités humaines telles que l’élevage et la chasse entrainent , dans une mesure dont on méconnaissait l’ampleur, des modifications profondes du paysage forestier.

 

Agrégé d’histoire et docteur en archéologie, François Duceppe-Lamarre travaille comme boursier francophone à l’institut historique allemand de Paris sur l’histoire de l’environnement à partir de la chasse dans les forêts et à partir de la résidence princière d’Hesdin en Artois.

 

Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais.

Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais.

Abbé Daniel Haigneré.

Lafitte reprints à Marseille 1977.

Tirage limité à 400 exemplaires.

haigneré arnaud pattin hardenthun uzelot

Publiée dans les bulletins et mémoires des sociétés savantes locales ou régionales, l’œuvre archéologique de l’abbé Haigneré n’a connu qu’une diffusion restreinte, ce qu’il faut d’autant plus regretter que les « quatre cimetières mérovingiens du boulonnais » (1866) ou le « dictionnaire historique et archéologique du Pas de Calais, arrondissement de Boulogne sur mer » (1880-1882), sont des ouvrages assez solidement documentés pour avoir résisté au temps et rester les instruments indispensables de toute connaissance dans les domaines de l’archéologie et de l’histoire du boulonnais.

La découverte de la nécropole de Pincthun, en 1857, marque les débuts d’Haigneré dans l’archéologie mérovingienne, une science encore fort neuve, illustrée,  en France, par l’abbé Cochet dont la « Normandie souterraine » (1854) fait autorité. Il déchiffre le document archéologique qui s’offre à lui avec le même esprit méthodique et rigoureux qu’il apporte à l’étude et au classement des archives de la ville de Boulogne. Une présence continue sur le terrain, pratique peu courante à l’époque, et une exploration scrupuleuse au cours de laquelle chaque détail est noté, lui permettent de recueillir, avec un riche matériel archéologique, d’intéressantes observations concernant les coutumes funéraires. Quand à la suite de pressantes démarches de ses amis, dont C.Roach Smith et le major R.Luard, les « quatre cimetières » paraissent en 1866, les mêmes qualités se retrouvent dans la publication.

La classique dissertation sur la civilisation et les mœurs des populations mérovingiennes se trouve ici réduite à quelques paragraphes. Ces considérations, qui n’ont plus qu’une valeur historique, n’encombrent donc pas l’ouvrage comme c’est trop souvent le cas chez les « antiquaires » du XIXème siècle. De même, Haigneré aborde avec prudence le délicat problème de la chronologie, encore mal définie à cette époque. Et si l’abbé Cochet, dans une lette du 5 janvier 1866,  reproche à son texte de manquer de rapprochements, il faut y voir une volonté de sobriété et non un manque de connaissance. Baudot, Cochet , Hagemans, Lindenschmit, Roach Smith, Troyon, Wylie sont cités succinctement en note quand des comparaisons ou des explications paraissent utiles à l’auteur. Haigneré s’attache à consigner ses observations plus que ces interprétations. Il est l’un des trop rares auteurs qui ont suivi l’exemple des frères Lindenschmit en publiant un plan de la  nécropole de Pincthun, ainsi qu’un inventaire par tombe, beaucoup plus détaillé et plus précis que celui de ses modèles.

Grâce au souci de l’abbé Haigneré de toujours « asseoir fièrement son édifices sur le roc indestructible du document », son ouvrage reste, plus d’un siècle après voir été écrit, la meilleure monographie de  nécropole publiée dans le nord de la France.  C’est aussi la seule publication qui nous fasse connaître les riches cimetières mérovingiens du VIIème siècle de la région boulonnaise.  Ces raisons justifient une publication qui rendra plus accessible un document utile et d’une lecture agréable car fort bien écrit.

abbé Haigneré quatre cimetières mérovingiens arnaud pattin

 

 

 

Armes et guerriers barbares au temps des grandes invasions.

Armes et guerriers barbares au temps des grandes invasions.

IVe au VIe siècle après JC.

Iaroslav Lebedynsky.

Editions errance Paris 2001.

 armes et guerriers au temps des grandes invasions iaroslav lebedynski arnaud pattin

A travers l’étude des armes et de leur emploi, ce livre fait découvrir les traditions guerrières et les cultures des acteurs « barbares » des Grandes Invasions du IVe au VIe siècle : nomades asiatiques comme les Huns, ou européens comme les Sarmates ; Germains orientaux comme les Goths, les Vandales, les Burgondes, ou occidentaux comme les Alamans, les Saxons et surtout les Francs, qui conquirent finalement une grande partie de l’Occident romain. Agresseurs ou fugitifs, ennemis ou alliés de Rome, païens ou chrétiens, ces groupes « barbares » étaient tous essentiellement guerriers. Les armes étaient, dans leurs sociétés qui valorisaient la gloire martiale, des objets précieux et parfois sacrés, et elles demeurent aujourd’hui des témoins archéologiques importants de leurs migrations, de leur art, de leurs relations culturelles avec le monde romain et d’autres civilisations plus lointaines comme l’Iran ou la Chine. La première partie de l’ouvrage expose les différentes traditions militaires des « Barbares », de leurs idéologies guerrières à l’organisation et aux tactiques de leurs armées. Elle décrit l’interpénétration de ces traditions entre elles et avec celles de l’armée romaine lors du formidable brassage des Invasions. La seconde partie est consacrée aux armes (armes offensives, équipements défensifs, et aussi sellerie et emblèmes militaires), présentées par catégories avec une abondante illustration. Elle fait le point des connaissances et des débats actuels sur les questions d’identification, d’emploi, d’attribution ou d’origine des différents types.
Puisant à toutes les sources disponibles (textes d’époque, épopées germaniques, archéologie, reconstitution expérimentale, comparaison ethnographique), ce livre est un document de référence précieux pour qui s’intéresse non seulement aux techniques militaires, mais aussi à l’histoire et aux cultures des populations « barbares » à l’époque cruciale où elles substituent à l’ordre romain des civilisations composites qui annoncent le Moyen Age.

Iaroslav Lebedynsky a publié plusieurs livres et articles sur les peuples et les traditions guerrières de la steppe et du Caucase, et sur l’armement ancien de ces régions; il enseigne l’histoire de l’Ukraine à l’institut national des langues et civilisations orientales.

Ecologie traditionnelle.

 

Ecologie traditionnelle.

Louis Pasquier.

Editions du Trident 1991.

louis pasquier écologie traditionnelle arnaud pattin

Né en 1926, l’auteur a fréquenté des personnages tels que Gurdjieff, Schwaller de Lubicz, Hubert Benoit ou Alain Danielou, que la postérité a reconnus comme dépositaires de la Connaissance.

Cette expérience avec les Maîtres de la Sagesse se trouve relatée dans « Rencontre avec… »

De ces relations, une certitude s’est engagée : toute véritable écologie ne peut procéder que de la Connaissance. Et si ce n’est le cas, le risque est grand de tomber dans un sentimentalisme générateur de catastrophes.

Il nous faut considérer la Nature comme un livre dont la lecture nous conduira à une compréhension de notre situation à partir de laquelle nulle erreur ne sera possible.

Les parcs régionaux, les réserves écologiques, témoignent de notre cécité, et s’apparentent aux enclos dans lesquels les Indiens d’Amérique ont été enfermés.

Devant la catastrophe qui s’annonce, n’ayons crainte de modifier notre système de valeurs et sachons que le XXIeme siècle sera écologique ou ne sera pas…

Une vision « globale » de l’écologie !! à lire d’urgence.

 

 

La nuit la plus cruelle.

La nuit la plus cruelle.

Le Dunkerque allemand.

Christopher Dobson, Ronald Payne et John Miller.

Editions France empire, 1981.

la nuit la plus cruelle miller dobson payne arnaud pattin

Quand on évoque les tragédies de la mer ayant entrainé de lourdes pertes en vies humaines, trois ou quatre noms viennent à l’esprit : le « Titanic », qui heurta un iceberg en 1912, le « Lusitania » torpillé pendant la première guerre mondiale, l’ »Athena », coulé à l’aube de la seconde, et l’ »Andrea Doria » abordé en 1956. Mais nul ne songe au « Wilhelm Gustloff » !

Et pourtant près de 10000 personnes (les chiffres sont encore débattus de nos jours), dont 4000 enfants, chiffre record sinistre, périrent dans les eaux glacées de la Baltique quand le « Gustloff », un ancien navire de croisière de l’organisation nazie « la force par la joie » (KDF : Kraft durch Freude), fut torpillé par un sous marin soviétique dans la nuit du trente janvier 1945. Cette même nuit, deux autres paquebots, bourrés comme le « Gustloff » de réfugiés allemands, subirent le même sort, portant à 18000 le nombre de victimes. De toute l’histoire maritime, ce fut « la nuit la plus cruelle »…

Elle se situe dans le cadre de l’opération par mer la plus importante qui ait jamais eu lieu. Du 23 janvier au 8 mai1945, de Prusse et de Poméranie, deux millions d’hommes, de femmes et d’enfants allemands, fuyant devant les exactions de l’armée soviétique (rappelons ici que le propagandiste communiste, Ilya Ehrenburg avait appelé au meurtre de tous les  allemands), furent évacués par mer vers l’ouest de la Baltique. Harcelée sans répit par les avions et les sous marins soviétiques, l’armada considérable de navire de tous tonnages organisé par l’amiral Doenitz réussit ce tour de force au prix de lourdes pertes. Ce Dunkerque allemand représente six fois l’opération réalisée en 1940 en évacuant des plages de Dunkerque les troupes franco-britanniques encerclées…

Christopher Dobson et Ronald Payne, deux des auteurs de « la nuit la plus cruelle », après avoir appris par hasard le nombre effarant des victimes du « Gustloff », découvrirent que deux des trois paquebots coulés la même nuit l’avaient été par le même sous marin soviétique, celui du commandant Marinesko. Ils demandèrent alors à leur ami John Miller, correspondant du Daily Telegraph à Moscou, de faire une enquête sur ce capitaine de la flotte sous-marine russe.

Les recherches de Dobson et de Payne dans les archives de guerre à Londres et dans celles de l’Allemagne fédérale, les récits qu’ils recueillirent de la bouche même des rescapés de cette tourmente, l’enquête de Miller en URSS qui révéla l’étonnante personnalité du commandant Marinesko (un alcoolique coureur de maisons closes) héros soviétique dont l’ascension sera suivie d’une condamnation au Goulag pour « crimes politiques », font de « la nuit la plus cruelle » un livre inoubliable et éclatant sur l’une des plus dures et des plus étranges opérations, demeurée ignorée en France, de la seconde guerre mondiale.

On pourra, sur le même sujet, consulter les Ouvrages de Heinz Schön, notamment « die Gustloff Katastrophe », et le roman de Gunter Grass : « en crabe ».

 

 

 

Propos sur l’éducation

Alain

Propos sur l’éducation

PUF 1957

alain propos sur l'education arnaud pattin

les propos sur l’éducation sont un recueil de pensées d’Alain concernant l’éducation, publié en 1932.

Le livre est composé de 87 chapitres, ou propos, indiqués en chiffres romains.

Alain y développe ses idées sur l’éducation, tirées de sa propre expérience de professeur ; il préconise par exemple la lecture ainsi que le travail personnel des enfants plutôt que les cours magistraux, l’étude des bases scientifiques (par les mathématiques et l’algèbre) pour faire comprendre les phénomènes physiques plutôt que de les expliquer directement, et l’étude de grands textes littéraires (malgré leur éventuelle difficulté) plutôt que de textes conçus pour l’enseignement, et ceci pour tous les enfants, quelle que soit leur origine ou leur condition. Cette pensée est à rapprocher du développement depuis la fin du XIXe siècle de l’enseignement obligatoire pour tous (Jules Ferry, Jules Grévy).

En effet, Alain s’insurge, non sans humour, contre les méthodes appréciées des inspecteurs de l’Instruction publique de l’époque. Il considère que c’est l’enfant qui doit travailler avant tout, orienté par le maître, qui de son côté doit avoir le plus de temps libre possible pour organiser sa classe et se cultiver. D’où sa critique des cours magistraux où le maître travaille et les élèves écoutent, c’est-à-dire n’apprennent rien et « méprisent » quelque peu ce maître qui cherche à les intéresser à tout prix (voir les citations représentatives de ce point de vue ci-dessous). Alain reprend (propos XIX) le mot de Napoléon sur l’enseignement, selon lequel il n’y a que deux choses à savoir parfaitement : géométrie et latin — Alain élargit l’enseignement du latin aux grandes œuvres littéraires. « L’enfant a cette ambition d’être un homme ; il ne faut point le tromper ; encore moins lui donner à choisir dans ce qu’il ignore » (propos XIX).

Citations

  • « Le défaut de ce qui est intéressant par soi, c’est qu’on n’a pas de peine à s’y intéresser, c’est qu’on n’apprend pas à s’y intéresser par volonté. » (II)
  • « Et enfin il n’y a de progrès, pour nul écolier au monde, ni en ce qu’il entend ni en ce qu’il voit, mais seulement en ce qu’il fait. » (VI)
  • « Si le maître se tait, et si les enfants lisent, tout va bien. » (XXV)
  • « On dit que les nouvelles générations seront difficiles à gouverner. Je l’espère bien. »

Extrait (XLVI) :

« A quelqu’un qui me demandait quelque ouvrage où les écoliers pussent apprendre à lire couramment, et qui fût au-dessus de la morale bêlante, je répondis : « prenez donc les Aventures de Télémaque. » (…) Cette prose est saine, pure et familière, sans le serré et le trait de nos prosateurs, qui ne conviennent point à l’enfance. Des hommes, des temples, des marchés, des voyages, des tempêtes ; de bons rois et des tyrans ; des législateurs, des prêtres, des guerriers ; toute la sagesse antique, tout ce monde méditerranéen d’où notre civilisation est sortie. Nulle trace du christianisme ; le paganisme est là tout nu ; c’est Minos qui punit les mauvais rois. Il ne manque rien à cette humanité ; c’est bien notre image. »

Géants et gueux de Flandre Dix siècles de mythes et d’histoire.

Géants et gueux de Flandre Dix siècles de mythes et d’histoire.

Tristan Frédérick.

Balland France Adel 1979.

géants et gueux de Flandre

Retrouver à travers contes, légendes, coutumes et rites la « mémoire de Flandre », tel est le but que s’est fixé Frédérik tristan. Jean gayant, dit Jean de l’Ours, Lauriane et Halewyn, Tyl Uilenspiegel, autant d’histoires qui, de l’époque celte à l’aube du XVIIeme siècle, ont formé l’âme du « plat pays », sans oublier les coutumes dont on ne connaît plus très bien le sens mais que la tradition a maintenues vivantes : les Bourdis, le Carnaval, le Saint Sang, les jeux de la Halle.

Entre délire et sagesse, Frédérik Tristan nous conte ici avec son érudition amusée l’histoire intérieure d’une des régions belges et françaises les plus riche et les plus attrayantes, d’autant moins connue qu’aucune étude de cette envergure n’avait été entreprise à son sujet depuis le XIXe siècle.

 

 

La chasse dernier refuge du sauvage.

La chasse dernier refuge du sauvage.

Sous la direction de Dominique Venner.

Editions Privat, 2007.

la chasse dernier refuge du sauvage arnaud pattin

Le sauvage, c’est l’autre nom de la nature authentique, non domestiquée. Chacun sait que la nature est menacée par les nuisances de la modernité. Cet ouvrage collectif apporte à ce sujet des précisions scientifiques qui font froid dans le dos. La survie de la nature et de l’humanité est enjeu. Que faire ? S’appuyant sur la biologie animale, la philosophie, l’histoire, le droit, la politique et la littérature, les auteurs en arrivent tous à une conclusion qui va surprendre. En raison d’un lien direct, passionnel, agissant et compétent avec le sauvage, la chasse serait le dernier refuge de la Nature en péril et sans doute aussi de la civilisation. Pas n’importe quelle chasse. Celle dont les acteurs, aujourd’hui, se soumettent à une éthique exigeante.
Bruno de Cessole (journaliste), Philippe Chardonnet (directeur de la Fondation internationale pour la gestion de la faune), Gérard Larcher (ministre délégué à l’Emploi), Xavier Legendre (membre du Muséum), Anne-Marie Le Pourhiet (professeur de droit public à l’université de Rennes-I), Xavier Patier (écrivain et éditeur), Philippe Salvadori (maître de conférences à l’université de Bourgogne), Dominique Venner (écrivain et historien), Henriette Walter (directrice de l’École pratique des hautes études).

Excellente préface de Gérard Larcher.

Extraits :

« que peut on faire du sauvage si ce n’est le réduire en esclavage en l’enchaînant ? le priver de sa liberté ne serait qu’une sage précaution, une mesure de protection de la société. Montesquieu, dans De l’esprit des lois, déconstruit avec une vigoureuse ironie  la comparaison de certains hommes aux fauves et nous invite à nous méfier de cette rhétorique liberticide.

A croire certains, les chasseurs d’aujourd’hui relèveraient de cette catégorie de sauvage. Pour moi, ce sauvage est en quelque sorte le « yeti » de nos forêts et de nos campagnes. Je voudrai bien reconnaitre qu’il existe, mais personne ne l’a jamais rencontré. »

« la sauvage authentique dont je parle est un être de raison qui est capable de comprendre intellectuellement les équilibres de la nature et non simplement de les sentir. Ce sauvage n’est pas rétif à la société. Il en accepte les règles et les contraintes, son individualité et son originalité restent irréductibles à tout conformisme. »

« la solution que les hommes ont trouvée, ce sont les bonnes manières et la politesse, qui constituent une sorte de vernis protecteur. Il s’agit toutefois pour Schopenhauer d’un pis-aller insatisfaisant.

Il admire au contraire la richesse de la vie intérieure de celui qui arrive, tout en continuant à vivre au sein de la société, à s’en tenir à l’écart le plus possible. « la conséquence de tout cela est que la sociabilité de chacun est inversement proportionnelle à sa valeur intellectuelle, et dire de quelqu’un « il est sauvage » signifie déjà presque « c’est un homme de qualité.»

Cette analyse perçante, qui le conduit à réhabiliter la figure du sauvage, de celui qui se tient à la marge  tout en étant pleinement à l’intérieur, s’achève par cette formule bien connue : « on n’a d’autre choix dans ce monde qu’entre la solitude et la vulgarité. »

« le sauvage authentique est à mes yeux le sauvage de Shopenhauer, c’est-à-dire celui qui arrive aussi à se retrouver seul face à lui-même. C’est à mon sens l’expérience profonde de la chasse. »

 

 

Le Kalevala

 

 

 

Le Kalevala

Epopée populaire finlandaise

Elias Lönnrot

Edition stock plus 1978.

kalevala arnaud pattin

Au début du XIXe siècle, un poète, Elias Lönnrot décide de parcourir son pays, la Finlande, pour recueillir les chants populaires qui n’étaient connus que des vieux « laulajat » ou rhapsodes. Rassemblant ces textes , regroupant les thèmes, il en fit le Kalevala qui est devenu aujourd’hui l’épopée nationale de la Finlande et a pris rang parmi les grands poèmes antiques de l’humanité.

Ce poème compte 1200 vers divisés en 32 chants. Il fait revivre les personnages de la mythologie finnoise : le forgeron, le mage-chanteur, l’aventurier amoureux, Lemminkaïnen, tous trois prétendants d’une très belle jeune fille qui est destinée à celui qui saura fabriquer le « sampo » magique…

L’œuvre est plaine de fraicheur, d’émotion et de naturelle grandeur dans l’évocation de la nature.

Poème célèbre à juste titre, le Kalevala est aussi l’un des premiers  grands »romans » de l’humanité primitive et toujours proche.

686 pages.


12345...8


Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus