La psychologie des foules.

Gustave Le Bon

Psychologie des foules

Texte intégral présenté par Mathieu Kojasha

Le monde Flammarion 2009

gustave le bon psychologie des foules pattin arnaud

Révolutions, émeutes, barricades : les peuples européens du XIXe siècle semblaient incontrôlables jusqu’à ce que Gustave Le Bon, en machiavel des temps modernes, publie en 1895 sa « psychologie des foules ».  Fournissant les clés de compréhension des masses, Le Bon expose leur émotivité irrationnelle, leur impulsivité et leur versatilité, et montre qu’il ne leur faut qu’un meneur habile et charismatique pour s’embraser…ou se calmer.

Texte fondateur  de la psychologie collective ou traité de manipulation des foules ? Le Bon aborde ici un sujet controversé, qui lui valut la réputation d’avoir inspiré les méthodes totalitaires d’un Hitler ou d’un Staline.

Les idées exposées dans cet ouvrage, publié pour la première fois en 1895, semblèrent alors fort paradoxales. Pourtant, ce texte qui n’a en rien été modifié dans les éditions successives, est devenu un classique, traduit dans de nombreuses langues. Sa lecture et son étude sont toujours d’actualité et font partie de la formation de toutes les nouvelles générations de jeunes sociologues.

 

Un mot mieux que tous les autres, résume les divers traits mis en évidence par Gustave le Bon : la foule est irrationnelle. Pour étayer cette conviction l’auteur établit, au fil de ses descriptions, une suite d’équivalences : la foule, produit d’une forme d’hypnose collective, fait ressortir le féminin et l’infantile, c’est une individualité qui se compare au « primitif », au « sauvage », bref au « barbare ». En somme, par « le fait seul qu’il fait parti d’une foule, l’homme descend donc plusieurs degrés sur l’échelle de la civilisation. Isolé, c’était peut être un individu cultivé, en foule c’est un instinctif, par conséquent un barbare. Il a la spontanéité, la violence, la férocité des êtres primitifs ». à l’inverse des philosophes qui voient dans la modernité l’avènement de l’individu et de la raison, Le Bon souligne que c’est la déraison qui règne sur l’ère de la foule ».

 

 

 

 

1 commentaire à “La psychologie des foules.”


  1. 0 Benoît Senlecques 21 juin 2016 à 20 h 43 min

    Un livre qui fait parti du référentiel des esprits libres ! A (re)lire sans modération.

    Répondre

Laisser un commentaire



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus