• Accueil
  • > Archives pour janvier 2017

Archives pour janvier 2017

L’Irlande celtique avant l’ère chrétienne.

L’Irlande celtique avant l’ère chrétienne.

Barry Raftery.

Editions errance 2006.

l'Irlande celtique avant l'ère chrétienne barry raftery arnaud

L’Irlande représente aujourd’hui le pays celte par excellence. L’île, jamais conquise par les Romains, a préservé à travers l’Antiquité et le Moyen Age une culture baignée par les Celtes, qui occupèrent la moitié de l’Europe avant l’arrivée des cultures méditerranéennes.

L’archéologie et les textes permettent de plonger dans les racines de cette âme celte en analysant les vestiges que nous ont laissés les habitants de l’Irlande avant l’ère chrétienne.

Plus qu’une zone géographique, l’Irlande témoigne, pour tout le monde celte européen, d’une civilisation qui dura des siècles sur le continent et survécut dans un lieu où tout l’évoque.

 

Barry Raftery est une autorité internationale reconnue de l’âge du fer en Irlande. Il est à la tête du département d’archéologie et professeur d’archéologie celtique au University College de Dublin.

L’ouvrage comporte de très nombreuses illustrations et planches archéologiques.

Anatomie de la bataille.

Anatomie de la bataille.

John Keegan.

Robert Laffont 1993.

john keegan face of battle anatomie de la bataille arnaud patti

Anatomie de la bataille de John Keegan est déjà un ouvrage de référence dans le monde anglo-saxon. Il renouvelle ainsi un genre qui avait, depuis plus d’un siècle, ses lettres de noblesse et sa tradition.

Loin, comme ses prédécesseurs, de décrire la bataille telle qu’elle est jaugé d’en haut, à la manière de l’état major, Keegan la restitue par la bas, telle qu’elle est vécue par les hommes de troupe.

Azincourt , 1415. Quelle distance parcourent à pied les troupes anglaises avant de subir le choc de la cavalerie des barons français ? en quoi consistait l’intendance à l’époque ? Quelles blessures pouvaient être soignées ? Quel était le sort habituel des prisonniers ?

Waterloo, 1815. Une bataille où le feu joue un rôle décisif. Quelle troupes ? Quelle foi religieuse chez les combattants ? Quels types de rapports avec les officiers ?

Bataille de la Somme, 1916. La souffrance d’êtres de chair et de sang, terrés dans une guerre de tranchées, soumis à d’effroyables pilonnages avant de se lancer dans des assauts atrocement meurtriers.

Chez John Keegan, la bataille perd son ordonnancement de livre d’histoire pour peser son poids de sang et de volonté.

John Keegan, né à Londres en 1934, a fait ses études à King’s College, Taunton, Wimbledon College et Balliol College (Oxford). Titulaire de la chaire d’histoire militaire à Sandhurst, l’école de formation des élèves-officiers de la British Army, de 1960 à 1986, il est responsable des questions de défense au Daily Telegraph. Il a été également chargé de cours à Cambridge et à l’Université de Princeton.

Parmi ses nombreux ouvrages, l’un d’eux a donné lieu à une célèbre série télévisée de la BBC. John Keegan est membre de la Royal Society of Literature.

 

Noms de lieux picards du Boulonnais.

Noms de lieux picards du Boulonnais.

Jacques Mahieu-Bourgain.

Editions Christian Navarro 2004.

arnaud pattin lieux picards boulonnais mahieu bourgain

 

Qui, mieux que Jacques Mahieu Bourgain, était apte à nous faire profiter d’un nombre incalculable d’années de recherches patientes et enthousiastes sur le parler picard du Boulonnais, sur ses racines, sur sa lecture, que non seulement il ne se contente pas d’expliquer savamment, mais qu’il enrichit au fur et à mesure de sa quête.

Fier de ses origines, fier de sa connaissance, fier de son terroir, défenseur infatigable et talentueux de notre patrimoine, c’est une contribution magistrale et originale à la préservation de notre langue qu’il nous offre dans cet ouvrage.

 

Extrait :

« il n’existe pas de peuple picard comme il existe un peuple flamand, normand ou breton…l’aire linguistique picarde n’a jamais correspondu à une quelconque entité administrative et la population picardophone, issue grosso modo d’un mélange d’envahisseurs germaniques (les francs ) et d’autochtones belgo-romains, s’est répandue plus ou moins dans cet espace tant convoité et tant disputé que constituent les pays situés entre la Normandie et l’île de France au sud, la Champagne et les Ardennes à l’est et la Flandre au nord. »

mahieu bourgain arnaud pattin picard boulonnais

 




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus