Jean Giono, oeuvres.

Jean GIONO :

Oeuvres. 1) Hommage à Jean Giono, par Marcel Achard. – Regain – Le serpent d’étoiles. 2) Que ma joie demeure. 3) Jean le Bleu – Mort d’un personnage. 4) Un de Baumugnes – Les vrais richesses. 5) Colline – Triomphe de la vie.

Editions Rombaldi. Collection Les Immortels chefs d’œuvre. 1969-1970. Complet en 5 volumes in 8 relié simili cuir vert décoré. 260 pages environ par volume. Avec des illustrations hors texte en couleurs par : Yves Brayer, Jean Commère, Jacques Deperthes, Gérard Passet, Gaston Barret, Gérard Economos.

GIONO arnaud pattin.jpg

 

Peut-on parler de spiritualité chez Giono ? La question est posée par l’un de ses biographes, Jean Carrière, qui répond « Oui, dans la mesure où celle-ci lui est venue non comme une expérience délibérée, mais comme une lente maturation à jouir des choses sans les posséder. ». Et cet esprit de jouissance-dépossession, qui s’apparente au carpe diem des antiques sagesses, accorde à celui qui s’y livre sans réserve et sans fausse pudeur, selon les propres termes de l’auteur, un sentiment de libération païenne :

« Ce n’est pas seulement l’homme qu’il faut libérer, c’est toute la terre… la maîtrise de la terre et des forces de la terre, c’est un rêve bourgeois chez les tenants des sociétés nouvelles. Il faut libérer la terre et l’homme pour que ce dernier puisse vivre sa vie de liberté sur la terre de liberté [...] Ce champ n’est à personne. Je ne veux pas de ce champ; je veux vivre avec ce champ et que ce champ vive avec moi, qu’il jouisse sous le vent et le soleil et la pluie, et que nous soyons en accord. Voilà la grande libération païenne. »

Cet appel à la libération de l’homme et de la terre s’inscrit en faux contre l’injonction biblique de prise de possession de la terre et de ses animaux par l’homme. Il est aussi une invitation à renouer pleinement avec les joies du corps, la sensualité naturelle, longtemps niée ou occultée par la morale chrétienne :

« J’ai pris pour titre de mon livre le titre d’un choral de Bach : Jésus, que ma joie demeure ! Mais j’ai supprimé le premier mot [...] parce qu’il est un renoncement. Il ne faut renoncer à rien. Il est facile d’acquérir une joie intérieure en se privant de son corps. Je crois plus honnête de rechercher une joie totale, en tenant compte de ce corps, puisque nous l’avons. »

Le paganisme de Jean Giono apparaît, dès les premiers romans écrits à la fin des années 1920, sous la forme d’une vision panthéiste qui replonge les êtres au cœur du cosmos étoilé, mais aussi par la perception d’un sentiment tragique de la vie inspiré notamment par sa lecture enthousiaste des récits homériques dès la plus tendre enfance :

« Je lus L’Iliade au milieu des blés mûrs. [...] C’est en moi qu’Antiloque lançait l’épieu. C’est en moi qu’Achille damait le sol de sa tente, dans la colère de ses lourds pieds. C’est en moi que Patrocle saignait. C’est en moi que le vent de la mer se fendait sur les proues »

La violence inspirée par une lecture sensuelle du récit homérique traverse toute l’œuvre de Jean Giono. Qu’on pense, par exemple, à la fin tragique de Que ma joie demeure, ou, trente ans après, à la rivalité mortelle qui oppose les deux frères de Deux cavaliers de l’orage. Elle est assumée sans jugement moral, et sans jamais faire ombre à la profonde joie païenne de celui qui ne croyait pas au problème résolu pour tout le monde ni au bonheur commun, mais qui disait : « Je crois que ce qui importe c’est d’être un joyeux pessimiste. ».

DSC_0741          DSC_0740

 

0 commentaires à “Jean Giono, oeuvres.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus