Archives pour mai 2018

Saint-Omer et le XVIIème siècle.

Saint-Omer et le XVIIème siècle.

Musée de l’Hôtel Sandelin

Editions Kim Dunkerque 1977.

arnaud pattin saint omer

Catalogue de l’exposition du Tricentenaire 1677/1977.

Préface de Philippe-Gérard Chabert, conservateur des musées de Saint Omer, pour ce catalogue consacré à l’exposition  commémorant le tricentaire de la prise de Saint Omer par les Français et le rattachement de la Flandre à la France, après la bataille du val de Cassel en 1677. (Peeneslag).

Le catalogue comprends des médailles, des peintures, des armes, des reliures, du mobilier et de nombreuses cartes et documents datant de cette période.

Intéressante pierre tumulaire d’Adrien de Lieres, colonel d’infanterie tué au siège de Saint Omer en 1677.adrien de lieres

 

 

Quand MONTREUIL était sur mer – Quentovic.

Quand MONTREUIL était sur mer – Quentovic.

Jean Leroy.

Edité à compte d’auteur à Boulogne en 1979.

quentovic arnaud pattin

Un passionné d’histoire interroge le passé d’une ville disparue ( apparemment)… « Quentovic ». cette illustre cité –mérovingienne, puis carolingienne- située jadis en basse Canche, et qui utilisait « d’antiquité » un atelier monétaire, était également le chef lieu d’un petit territoire administrativement indépendant à la fois du Boulonnais et du Ponthieu.

L’auteur usant d’observations inédites, analysant des données surprenantes, bousculant un certain ordre établi par des idées reçues, apporte enfin la conclusion assez stupéfiante que la colline fortifiée qui prit le nom de « Montreuil » à partir des toutes premières années du IXème siècle, et premier port de mer des premiers capétiens, fut bien ce célèbre « débarcadère-marché » du nom de Quentovic qui se manifesta si brillamment durant les six derniers siècles de la première moitié de notre ère. Cette irritante énigme qui défraya tant la chronique jusqu’à ce jour, a donc vécu.

Bien des faits historiques dont la région littorale nord de la France fut témoin, prennent tout leur sens dans la perspective de cet ouvrage remarquable. Alliant à un sens rigoureux de la recherche assise sur des bases scientifiques trop souvent méconnues, celui d’une véritable investigation, Jean Leroy a su mener à terme, en toute sérénité, sa patiente et minutieuse enquête.

 Peintre, historien local, écrivain et amateur de silex, Jean Leroy touche à tout depuis sa plus tendre enfance. Ce dernier etait retraité de la banque depuis 1984. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage intitulé Quand Montreuil était sur mer-Quentovic, qu’il a complété de quelques dessins et publié en 1979. Il a aussi écrit Sainte-Marie de Boulogne en 1985. Jean Leroy cultivait aussi un goût pour la peinture. « J’ai tout essayé : le fusain, le pastel, la gouache, l’huile et l’acrylique. Quelques murs de Boulogne sont encore porteurs de peintures en grand format que j’ai réalisées. Finalement, mon choix s’est fixé sur la gouache. » Jean Leroy a participé à de nombreuses expositions dont quelques unes avec son père, à Boulogne et Montreuil. « Mon père fut président des amis du musée de Montreuil et vice-président du syndicat d’initiative et était engagé dans plusieurs associations culturelles. Pour ma part, j’ai été membre de l’office de tourisme de nombreuses années même lorsque, de 1965 à 1984, je résidais à Boulogne-sur-mer. » Jean Leroy a réalisé, il y a quelques années, un inventaire complet qu’il détenait des archives de l’hôtel Dieu à la demande des soeurs augustines juste avant leur départ. Il disait avoir eu la surprise de trouver dans les sous-sol de cet hôpital des cartons empilés sous un escalier qui contenaient des parchemins dont certains portent le sceau des ducs de Bourgogne et des cueilloirs, des statues des reliquaires et quelques poteries d’apothicaires.

 




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus