Lettres de chasse.

Lettres de chasse.

Boganis (Wilhelm Dinesen)

Traduit du danois par Eva Sauvegrain et Eric Choppin de Janvry.

Editions Michel de Maule 2009.

ouvrage de Boganis, Wilhelm Dinesen

ouvrage de Boganis, Wilhelm Dinesen

Pétries d’humour et de sensibilités, ces « lettres de chasse » s’adressent aux chasseurs comme aux amoureux de l’environnement. Au Danemark, elles sont considérées comme un « chef d’œuvre d’intelligence de la nature » et font partie du patrimoine national.

En vingt huit lettres, Wilhelm Dinesen conte d’une plume alerte les chasses et les pêches les plus variées dans la Scandinavie du XIXème siècle. Lièvres, tétras-lyres, saumons, colverts, daims, bécassines, cigognes, goélands…Le panorama animalier est impressionnant et croqué avec une infinie justesse.

On y découvre aussi les réflexions d’un homme à la vie exceptionnelle. Wilhelm Dinesen,  jeune aristocrate danois, s’engage comme officier d’état-major dans l’armée danoise puis française. Il assiste à la Commune (1870-1871), dont il livre un témoignage poignant dans « Paris sous la Commune » (Michel de Maule, 2003). Epris d’aventure et de liberté, il vit ensuite dans le Wisconsin auprès de tribus indiennes qui le surnomment Boganis (« noisette sauvage »). Rentré au Danemark en 1879, c’est sous ce pseudonyme qu’il se rend célèbre tant par son œuvre littéraire que par son ardent combat politique au Parlement danois, avant de disparaître brutalement à l’âge de 49 ans.

Les « Lettres de chasse » ont profondément marqué de leur empreinte l’œuvre de sa seconde fille, la future Karen Blixen, dont « la ferme africaine » est teintée de leçons de choses glanées au fil des lettres et des récits d’un père très aimé.

198 pages, illustrations de Chantal de Crissey.

 

 

0 commentaires à “Lettres de chasse.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus