Archives pour la catégorie Grèce antique

Sparte

Sparte

Géographie, mythes et histoire.

Jacqueline Christien et Françoise Ruzé.

Edité chez Armand Colin 2007.

sparte arnaud pattin

 

Bénéficiant d’apports archéologiques nouveaux, cet ouvrage inédit met en lumière la nature, le rôle et le poids de cette cité, longtemps occultée par Athènes. Or, sur huit siècles, Sparte s’imposa la plupart du temps comme la plus importante cité du monde grec, politiquement, militairement et même parfois culturellement. Les auteurs nous font découvrir en tout cas une Sparte fort éloignée du mythe. Cet ouvrage se propose de restituer les huit siècles de l’histoire de Sparte, qui vont de la fondation de la cité à sa soumission aux Romains. S’il est admis qu’elle fut probablement la plus importante des cités grecques par l’étendue et la richesse de son territoire et par sa puissance militaire, elle apparaît souvent bien mystérieuse. Cependant, la très abondante historiographie des dernières décennies permet de dépasser la vision mythique d’une cité gouvernée par une élite, exclusivement traditionaliste et militarisée, telle que Xénophon ou Plutarque la décrivaient et telle que les délires totalitaires l’ont célébrée.
Les auteurs ont souhaité la faire revivre dans tout son dynamisme et restituer une évolution des institutions et des modes de vie longtemps perçus comme figés. Des études rigoureuses et documentées, et libérées de toute idéologie, ont restitué à Sparte son vrai visage : si elle fut bien une cité extraordinaire politiquement, militairement ou idéologiquement, ses faiblesses et ses échecs méritent d’être étudiés et compris.
L’analyse critique des mythes et des textes, l’exploitation des données archéologiques, la prise en compte de la géographie de l’ensemble du territoire, permettent de saisir concrètement le développement spectaculaire de cette cité jusqu’au début du IVe siècle av. J.-C. puis ses tentatives désespérées pour retrouver sa grandeur perdue et résister à tous ceux, Macédoniens ou Romains, qui cherchèrent à la contrôler.
Au total la cité lacédémonienne se voit ici consacrer une somme novatrice, fixant durablement la perspective, comme il n’en était pas paru en langue française depuis plusieurs décennies. C’est tout un pan de notre regard sur la Grèce ancienne que cet ouvrage contribuera à faire évoluer, en nourrissant un débat qui dans notre conscience historique et politique, reste fondamental depuis deux millénaires.

Jacqueline Christien a été maître de conférences à l’université de Paris X-Nanterre.
Françoise Ruzé est professeur émérite d’histoire grecque à l’université de Caen.

Le modèle occidental de la guerre.

Le modèle occidental de la guerre.

La bataille d’infanterie dans la Grèce classique.

Victor Davis Hanson.

Les Belles Lettres 1990.

Préface de John Keegan.

le modèle occidental de la guerre arnaud pattin

Les Grecs de l’âge classique n’ont pas seulement inventé l’idée centrale de la politique occidentale, la démocratie, mais aussi l’aspect majeur de la guerre en Occident : la bataille rangée d’infanterie.

Le but est identique : obtenir un résultat définitif et incontestable de la façon la plus directe et la plus efficace possible, soit le vote majoritaire pour la démocratie et le combat face à face des hoplites pour la guerre.

Appliquant une pensée totalement novatrice à l’examen des textes et de l’armement anciens, Victor Hanson  nous révèle ainsi l’éthique profonde de ce mode de combat né dans les plaines de l’Attique et qui allait devenir pour des siècles, jusqu’au conflit du Viet Nam – et même si la leçon en a été mal comprise – le modèle occidental de la guerre.

Victor Hanson nous fait aussi partager, minute par minute, ce que ressentait le combattant pris dans cet affrontement effroyable où, dans chaque camp, des milliers d’hommes poussaient vers l’adversaire ceux du premier rang, vers un carnage d’une hallucinante violence qui ne s’achevait que lorsqu’un parti rompait ses lignes dans une mortelle débandade.

 

 




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus